Mon leitmotiv

La voie de la Paix intérieure de B.K.S. Iyengar

C’est un livre que j’aime beaucoup. Je vais vous en livrer un passage qui me parle énormément. Un peu comme un leitmotiv

« Nous pensons de l’intelligence et de la perception qu’elles ont lieu exclusivement dans le cerveau, mais le yoga nous enseigne que l’éveil et l’intelligence doivent imprégner le corps. Chaque partie du corps doit être littéralement engloutie par l’intelligence. Nous devons créer un mariage entre l’éveil du corps et celui de l’esprit. Lorsque que les deux parties ne coopèrent pas, le malheur les accablent pareillement. Cela conduit à un sentiment de fragmentation et de « mal-aise ». (…)

L’action est un mouvement en intelligence. Le monde est plein de mouvement. Ce dont le monde a besoin, c’est de plus de mouvement conscient, plus d’action. Le yoga nous apprend à insuffler l’intelligence à nos mouvements, à les transformer en action. En fait, l’action introduite dans un āsana devrait exalter l’intelligence, alors qu’habituellement, l’esprit se fait prendre et s’excite dans le seul mouvement_comme par exemple lorsque vous vous retrouvez passionnément pris à regarder un match de football. Le yoga n’est pas cela.

Le yoga, c’est quand vous commencez une action en āsana et qu’ailleurs, dans votre corps, quelque chose d’autre bouge sans votre permission. L’intelligence questionne alors ce phénomène et demande: « est-ce bon ou pas ? Si ce n’est pas bon, que puis-refaire pour changer cela ? »

Comment développe-t-on cette intelligence dans le corps ? Comment apprend-on à transformer notre mouvement en action ? Āsana  peut commencer à nous l’apprendre. Nous développons une sensibilité si intense que chaque pore de la peau agit comme un oeil intérieur. Nous devenons sensibles à l’interface entre la peau et la chair. De cette façon, notre éveil diffuse dans toute la périphérie de notre corps et est capable de ressentir si, dans un āsana particulier, notre corps est aligné.

Vous pouvez doucement ajuster et équilibrer votre corps de l’intérieur à l’aide de ces yeux. Au lieu de cela, vous ressentez ; vous sentez la position de votre corps. Lorsque vous vous tenez dans la posture du guerrier, les deux bras tendus, vous pouvez voir vos doigts devant vous, mais vous pouvez aussi les sentir. Vous pouvez sentir leur position et leur extension jusqu’à leur extrémité. Vous pouvez également sentir le placement de la jambe postérieure dans la posture et dire si elle est droite ou si elle ne l’est pas sans vous retourner ni regarder dans un miroir. Vous devez observer et corriger la position du corps (en l’ajustant des deux côtés) à l’aide des milliards d’yeux dont vous disposez sous forme de cellules. C’est ainsi que vous commencez à amener l’éveil dans votre corps afin de fusionner l’intelligence du cerveau et des muscles. Cette intelligence devrait exister partout dans votre corps et perdurer dans l’āsana. Dès l’instant où vous perdez la sensation de la peau, l’āsana s’émousse et le flot ou le courant de l’intelligence est perdu.

L’éveil sensitif du corps et l’intelligence du cerveau et du coeur doivent être en harmonie. Le cerveau peut donner au corps les instructions pour prendre une posture, mais le coeur aussi doit la sentir. La tête est le siège de l’intelligence ; le coeur, celui de l’émotion. Tous deux doivent travailler en collaboration avec le corps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s